Appelé finance participative en français, le crowdfunding (ou financement par la foule dans une traduction littérale) connaît actuellement beaucoup de succès sur internet. Par définition, le crowdfunding consiste à demander à de nombreuses personnes de financer un projet. Existant depuis longtemps et ayant permis par exemple d’ériger des monuments comme la statue de la liberté, la finance participative connait son succès actuel grâce à internet.

Source: Externe

Les sites de collectes de financement fleurissent et on en dénombre plus de 300 sur toute la toile. En 2012, plus de 2.7 milliards de dollars de fonds ont été collectés de cette manière. Les chiffres ont au moins doublé en 2013. My Major Company a été l’un des précurseurs en Europe. On peut également citer Ulule, KissKissBankBank ou encore Kickstarter.

Source: Externe

Concernant les projets financés, il y en a vraiment de toutes les sortes. C’est notamment une solution recourue par des créateurs de jeux vidéo et des mairies qui souhaitent mettre en place des projets écologiques urbains. Mais la plupart du temps, les micros-projets créés par des particuliers (ex : groupe d’amis) sont les plus financés par le crowdfunding. Mais avant de recourir au crowdfunding, il faut que le projet convainque et pour ça, les créateurs du projet doivent rassembler en premier lieu leur famille et leurs proches. C’est là que les réseaux sociaux entrent en jeu. En effet, la prospérité du crowdfunding repose  beaucoup sur les réseaux sociaux. Avec les contacts sur Twitter et Facebook, on peut solliciter la famille et les amis proches, d’anciens camarades de classe ou même de vagues connaissances susceptibles de répondre positivement. Une fois ceux-là embarqués, il est plus facile d’attirer des inconnus.

Les donateurs réagissent différemment. Certains donnent parce que le projet les touche, appartient à quelqu’un de leur quartier, relève de leur passion etc. Beaucoup de projets appelant aux dons proposent aussi des contreparties pour motiver les donateurs. Il y a notamment les retours sur investissement en fonction des ventes ou de la réussite des affaires.